Videoclub – Suricate

Suricate

J'vois tes yeux qui s'éparpillent
Je voir ton corps disparate
Moi je vois dans la nuit
J'suis pas ton petit suricate

Donne-moi de quoi
Subsister quand je te vois
Donne, donne-moi de quoi
Rester vivant devant toi
S'te-plaît, s'te plaît ne bouge pas
Je resterai devant toi
Et je serai tou-toujours là
Pour toi, ton cœur et ta voix

Et des [?] qui disparaissent
Il y en est d'autre qu'on tient en laisse
Il est des filles qui sont les dix
Sous les cieux gris, sous les cieux lisses

Reste encore, reste encore, reste encore, encore
Reste encore, reste encore, reste encore, encore
Reste encore, reste encore, reste encore, encore
Et reste encore, reste encore, reste encore, encore

Putain voilà, viens le soir
Tu sais, c'est déjà trop tard
Tes vieux mots sont au placard
Et mes iris sont noires
Si je m'en vais, je ne reviens pas
Si tu m'aimais, ne t'en fais pas
De toute façon, n'être qu'à toi
Ne signifie vivre avec joie
Tu m'as brûlée, tu m'as marquée
Au fer rouge, à l'encre pourpre
Je t'ai pleuré, je t'ai hurlé
Fuyant le sort des nuits de doute
Bouton de rose, [?]
Je glisse lente sur tes pétales
Ces derniers mots résonnent encore
Mais n'oublie pas que plus jamais

Reste encore, reste encore, reste encore, encore
Reste encore, reste encore, reste encore, encore
Reste encore, reste encore, reste encore, encore
Et reste encore, reste encore, reste encore, encore

(Reste encore, reste encore)

Oublie-moi je t'en prie
Oublie-moi le temps d'une larme
Ne rêve plus jamais de moi
On ne prend plus jamais les armes
Assied-toi, ne pense plus
A mes esprits tombés des nues
Contemple avec ressentiment
Ton abri gris, mon cœur sans vie

(Reste encore, reste encore)
Suricata

Veo tus ojos dispersarse
Veo tu cuerpo dispar
Veo en la noche
No soy tu pequeña suricata

Dame algo
Subsiste cuando te veo
Dame, dame lo que
Mantente vivo frente a ti
Por favor, no te muevas
Me quedaré frente a ti
Y siempre estaré ahí
Para ti, tu corazón y tu voz

Y [?] Quien desaparece
Hay otros que mantenemos a raya
Hay chicas que son las diez
Bajo cielos grises, bajo cielos suaves

Quédate quieto, quédate quieto, quédate quieto, quieto
Quédate quieto, quédate quieto, quédate quieto, quieto
Quédate quieto, quédate quieto, quédate quieto, quieto
Y quédate quieto, quédate quieto, quédate quieto, quieto

Joder aquí, ven por la noche
Sabes que ya es demasiado tarde
Tus viejas palabras están en el armario
Y mis iris son negros
Si me voy no vuelvo
Si me amabas no te preocupes
De todos modos, se tuyo
No significa vivir con alegría
Me quemaste, me marcaste
Con una plancha caliente, con tinta morada
Lloré por ti, te grité
Huyendo del destino de las noches de duda
Capullo de rosa, [?]
Me deslizo lentamente sobre tus pétalos
Estas últimas palabras aún resuenan
Pero no olvides que nunca más

Quédate quieto, quédate quieto, quédate quieto, quieto
Quédate quieto, quédate quieto, quédate quieto, quieto
Quédate quieto, quédate quieto, quédate quieto, quieto
Y quédate quieto, quédate quieto, quédate quieto, quieto

(Quédate quieto, quédate quieto)

Olvídame, por favor
Olvídame por una lágrima
Nunca vuelvas a soñar conmigo
Nunca volvemos a tomar las armas
Siéntate, no pienses más
A mi mente caida de las nubes
Contempla con resentimiento
Tu refugio gris, mi corazón sin vida

(Quédate quieto, quédate quieto)


Letras similares